Menu principal

Terre de créations

Terre de discussions

Recherche

Sujets récents
13/05/20 - Terre d'Amour - Quand nous nous reverrons - 14/04/20 - La place publique - Anecdotes sur la langue française - 31/03/20 - Terre d'Histoires - Fabliau - 26/03/20 - Terre d'Univers - Astre éclipsé - 19/03/20 - Terre d'Amour - Vivre avec vous - 19/03/20 - Terre d'Histoires - Ne Jamais Oublier - 15/03/20 - Terre d'Univers - Un jour comme un autre - 12/02/20 - Terre d'Univers - Marche - 30/12/19 - Terre des Arts - Histoires derrière les pochettes d'album - 21/11/19 - Terre d'Histoires - La nuit est venue, un autre monde se lève ... - 16/11/19 - Terre d'Univers - Le départ - 5/11/19 - Terre d'Univers - Domino - 1/11/19 - La place publique - Mea culpa Miss Greta ! - 14/09/19 - Terre de Jeux - Mots Valise - 14/08/19 - Terre d'Univers - Souci -

Parcourir ce sujet:   1 Utilisateur(s) anonymes





Peter Pan
Moussaillon d'eau douce
Inscrit:
15/08/2007 17:13
Post(s): 5
Hors Ligne
(Ceci est bien un poème , du moins a-t-il été pensé comme tel)

Peter Pan

Personnages : Wendy, Peter Pan

Wendy : Derrière l’esprit il y a la nuque. Si tu veux mon avis, elle est un peu comme une île, un lagon perdu derrière l’océan.
Peter Pan : Tu as envie de l’embrasser ?
Wendy : Qui sait ? Il y a toujours cette aura de mystère autours de tout ce que tu touches, ça pourrait me tenter.
Peter Pan : Avant... il n’y a avait rien de plus que le désir de ne pas grandir
Wendy : Avant... A notre première aube j’avais des yeux rudes et souriant sur un corps frêle. L’écluse ne faisait pas encore de bruit.
Peter Pan : Dis plutôt qu’elle ne grondait pas encore. Ce bruit... Il n’y avait pas tous ces appels lancinants qui semblent sortir d’un rire enténébré
Wendy : Regarde plutôt les ombres mouvantes dans le crépuscule, tous ces points qui se détachent les uns après les autres, ces feuilles de laurier qui déclinent leurs arabesques jusque dans l’infrarouge.

Peter Pan : Pour aller ou ? Je ne veux pas me fondre dans la nuit. A l’aube, il y a suffisamment de chaleur pour emmitoufler tous les coeurs dans un nuage
Wendy : Mais je ne veux pas être perdue dans un nuage ! A l’aube ! Toujours à l’aube ! Lève tes doigts en l’air ! Ne m’oublie pas dans ma chambre ! Je serais obligée de gronder mes poupées et de brûler tous mes livres. ! Regarde-moi bien ! Tu ne comprends pas que je suis prête à me tuer ? A tuer le coton qui nouait mes rêves, qui suintait de mes larmes. J‘ai passé mon enfance avec un voile de gaze, plus sombre que celui du deuil. Tout cela est plus étrange... Mais je ne comprends plus ce qui te gène.
Peter Pan : J’ai peur et ne peux rien y faire. En volant vers l’ouest, j’espère juste toujours voir le soleil enfiler une bague de nuages roses. Je ne veux pas me retourner et voir les ombres se raccourcir. C’est un peu l’âme des choses, l’ombre. Une part de noirceur qui ne disparaît que dans l’anéantissement… J’ai peur.
Wendy : Répète que tu es mort jusqu’à ce que n’ai plus aucun sens
Peter Pan : Je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort je suis mort quand j’étais plus petit. On m’a obligé à descendre et écouter au fond d’un coquillage.
Je suis rentré dedans... Il n’y avait qu’un chuintement, un bruit qui hésite. Ca m’a terrifié. Pourquoi ? Parce que je savais que c’était moi qui parlais. Je m’entendais déjà... à ne plus savoir ou trouver la lumière. (Silence)
Wendy : Dis, tu te marierais avec moi alors ? Jusqu’au bout du silence, on peut se prendre par la main et sauter ensemble dans l’étang qui déborde jusqu’à engorger les nénuphars
Peter Pan : C’est aussi absurde que de voir le soleil se coucher. Tu ne veux pas parler d’autre chose ?
Wendy : Non. Fais-moi l’amour !
Peter Pan : Et après ?
Wendy : Mes parents disparaîtront dans un fracas de porcelaine. Au fond, c’est bien cela qui les dérange. Ne plus exister que comme des contes de fée qui viennent hanter le coin des chambres et ne pas faire plus de bruit que le crépitement des flammes
Peter Pan : Grandir ne te fais plus peur ?
Wendy : C’est aussi absurde que la vie. On grandit parce qu’on a inventé la croissance comme une déchéance. (Il se met à pleuvoir. Rêveuse) N’ai plus peur... Embrasse moi que je tombe.






Open in new window

Contribution le : 06/09/2007 20:16

Edité par ¤Jomico¤ sur 15/02/2020 18:24:24
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Peter Pan
Modo Honoris
Inscrit:
30/05/2007 06:14
Post(s): 2602
Hors Ligne
Bravo !

Un joli coup d'pied au mythe tout en gardant une fraîcheur de rêve dans le fond Wendy/Pan...

C'est très imaginatif, avec une once de cynisme saupoudrée avec drôlerie, très original dans le "ton" et les "nuances" ! Revisiter le syndrôme de Peter Pan en l'invitant à un dialogue tragi-comique il fallait oser !

C'est fait et j'adore !

Gros coup d'

En osant ce dialogue incongru, mais pas si loin d'une certaine réalité, ton histoire prend pleinement pied dans une vision "moderne" du conte !

Encore bravo et merci pour cette découverte du soir

Bises
Jez

Contribution le : 06/09/2007 21:39
_________________
Quand sera brisé l'infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, elle sera poète, elle aussi !
Arthur Rimbaud
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Peter Pan
Modo Honoris
Inscrit:
21/06/2007 03:48
De dans une autre dimension
Post(s): 3154
Hors Ligne
Allez pan !!!! lol ça c'est génial....

Contribution le : 09/09/2007 07:40
_________________
"A l'avenir
Laisse venir
Laisse venir...
L'imprudence" A. Bashung
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Peter Pan
Pirate des îles sous le vent
Inscrit:
21/06/2007 08:55
De Amiens les Bains
Post(s): 311
Hors Ligne
Pas mal du tout ! original et plein d'esprit !
Bravo à toi... La suite , vite !
Coconut

Contribution le : 18/09/2007 15:05
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Peter Pan
Modo Honoris
Inscrit:
30/05/2007 19:13
De Lyon
Post(s): 1966
Hors Ligne
J'adore !

Vraiment, je suis restée scotchée !

Zu

Contribution le : 26/09/2007 11:52
_________________
D'une extimité à l'autre
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Peter Pan
Marin-pêcheur de perles rares
Inscrit:
21/06/2007 10:03
De Banlieue toulousaine
Post(s): 483
Hors Ligne
De la Belle poésie, je suis d’accord !

pascal

Contribution le : 10/10/2007 17:42
_________________
Ne méprisez la sensibilité de personne. La sensibilité de chacun, c'est son génie. (C.Baudelaire)
Les Crayons De soleil
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Peter Pan
Marin-pêcheur de perles rares
Inscrit:
25/06/2007 09:16
De Téteghem - Dunkerque
Post(s): 581
Hors Ligne
Chapeau bas... surtout pour l'ombre...

Bises,
Plûme.

Contribution le : 14/10/2007 15:24
_________________
"...En haut de la route, près du bois de laurier, je l'ai entourée avec ses voiles amassés et j'ai senti un peu son immense corps..."

Arthur Rimbaud
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Peter Pan
Modérateur
Inscrit:
30/05/2007 12:25
De La poussière d'étoiles ...
Post(s): 2345
Hors Ligne
Une histoire, des personnages qui retiennent particulièrement notre attention, ainsi que celle de toute autre personne, quel que soit son âge, son genre, son niveau d’éducation ou sa culture d’origine.
Un tel degré de popularité, un tel pouvoir de séduction et une telle force d’attraction peuvent se traduire en un seul mot : mythe.
Parmi ces célébrités inégalées se trouve Peter Pan.
Que ce soit en lisant l’œuvre originale de James Barrie, l’adaptation cinématographique de Walt Disney ou la réinterprétation de Steven Spielberg, le lecteur/spectateur ne peut manquer de remarquer que Peter Pan raconte, révèle et explique à chaque fois une des plus grandes préoccupations de l’humanité : Qu’est-ce que le temps ? Et au coeur du mythe de Peter Pan, une question plus obsédante encore est posée : Pouvons-nous échapper aux prises du temps ?

Ici écrit et re interprété de belles façons avec une touche d'originalité subtile, merci pour cette lecture ...
Par la voie palliative de l’imaginaire, nous apprenons que les effets du temps sur l’homme sont inévitables, mais pas nécessairement dévorants.




Contribution le : 15/02 18:20:08
_________________
" Mon corps est la harpe de mon âme
Et il vous appartient d'en tirer une douce mélodie
Ou des sons confus "

http://artemidore.madeinbuzz.com
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer



 Haut   Précédent   Suivant



Vous ne pouvez pas débuter de nouveaux sujets.
Vous pouvez voir les sujets.
Vous ne pouvez pas répondre aux contributions.
Vous ne pouvez pas éditer vos contributions.
Vous ne pouvez pas effacez vos contributions.
Vous ne pouvez pas ajouter de nouveaux sondages.
Vous ne pouvez pas voter en sondage.
Vous ne pouvez pas attacher des fichiers à vos contributions.
Vous ne pouvez pas poster sans approbation.

[Recherche avancée]


Nouveaux posts
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :


Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

Qui est en ligne
5 utilisateur(s) en ligne (5 membre(s) connecté(s) sur Forum)

Membre(s): 0
Invité(s): 5

Plus ...

Les membres de l'équipe
Webmestres

Lekatanarouge
 

Racbogoss
 
Moderateurs

¤Jomico¤
Administrateurs

¤HanXin¤
 
Z'animateurs !

bamcar

altair

walco
 


AVERTISSEMENT : Tout texte publié sur ce site est la propriété de son auteur