Menu principal

Terre de créations

Terre de discussions

Recherche

Sujets récents
13/05/20 - Terre d'Amour - Quand nous nous reverrons - 14/04/20 - La place publique - Anecdotes sur la langue française - 31/03/20 - Terre d'Histoires - Fabliau - 26/03/20 - Terre d'Univers - Astre éclipsé - 19/03/20 - Terre d'Amour - Vivre avec vous - 19/03/20 - Terre d'Histoires - Ne Jamais Oublier - 15/03/20 - Terre d'Univers - Un jour comme un autre - 12/02/20 - Terre d'Univers - Marche - 30/12/19 - Terre des Arts - Histoires derrière les pochettes d'album - 21/11/19 - Terre d'Histoires - La nuit est venue, un autre monde se lève ... - 16/11/19 - Terre d'Univers - Le départ - 5/11/19 - Terre d'Univers - Domino - 1/11/19 - La place publique - Mea culpa Miss Greta ! - 14/09/19 - Terre de Jeux - Mots Valise - 14/08/19 - Terre d'Univers - Souci -

Parcourir ce sujet:   1 Utilisateur(s) anonymes





Les filles c' est comme la mer, ça dépend de la lune ...
Moussaillon d'eau douce
Inscrit:
30/04/2011 10:31
Post(s): 17
Hors Ligne
Les filles c' est comme la mer, ça dépend de la lune ...

D'une brune presque banale, aux cheveux en batailles ... pour couvrir sa nudité, quelques guenilles suffisaient.
Assise face à moi, au bar du printemps, dont la chaise bancale servait de jeu, d'avant en arrière, sans faiblir, continuellement ...
Elle dessinait.

La mine de plomb passait et repassait sur les traits, de peur qu'un passage ne suffise à laisser une trace.
Ses cheveux tombaient en masse noire sur visage concentré, laissant seulement son bloc notes gribouillé à observer.

Je lançais un regard intrigué.
Elle fut interpellée instinctivement, je vis de grands yeux noirs ...
le crayon tomba ...

- "bonjour, vous avez commandé un café au lait avec deux biscuits, c est ca ! ?
- oui, je vous remercie, posez le là
!"

... La serveuse fit le tour de la table :

"- un double expresso, verre d'eau ? ! Avec une tarte aux myrtille ?
- oui, je vous remercie
"

Le crayon grattait de nouveau le papier noircit, elle me jeta un œil, en l'attrapant, je la sentis gênée de ce contact sans matière.

Dehors le vacarme acharné des travaux de la gare ne laissait que peu d'espace au repos de mes oreilles, et cela sans comptait une de ces chaines TV diffusant des clips à la chaîne, tout calibré, tout talent, tout désespoir confondu, j'entendis :

" Est-ce que tu crois toujours
Qu'on peut vivre d'amour ?
Ouais, quand l'eau n'est plus fraîche
Quand laisse échapper le cœur
Trop de sang dans l'écume
Dans des marées d'écume
"

Un mouvement, souple, léger, elle leva le bras s'appuya sur la table, les bouts de tissus tombant sur sa main, la cachant toujours, elle se leva,regarda autour d'elle ...
tristement, elle baissa les yeux et ... Sourit.

Se déplaçant tel un courant d'airs, ses robes ondulaient de façon burlesque, ni forme, ni contour, je vis en elle une ombre colorée...un peu comme ces poisson combattants dont les nageoires reflètent les mouvements de l'eau, de façon chaotique ...
Mais charmante !

En suivant son évolution, ou sa révolution autour des tables, elle fut engloutit par une porte arborant une figurine rigide représentant une femme aux robes anguleuses ...

Une cloche retentit dans mon sac, je sors mon I.-Phone....

"hey, pauvre bêta, où es tu ?
...
Super, j'arrive ! à toute !
"

Perdu dans une feuille blanche, en levant la tête, les toilettes avaient recrachées l'être étrange au crayon, et la porte d'entrée s'ouvrait sur une rousse au long cheveux bouclés, la lumière l'auréolant donnait véritablement l'impression d'une couleur naturelle ...
Éclaircit par le soleil, usée par l'eau de mer.
Un petit tee-shirt bleu foncé, un pantalon anthracite, et des grands yeux bleus! un courant d'air entra en même temps qu'elle, transportant ses cheveux vers les hauteurs de la pièce ....
N'eut-on pas cru voir une sorcière embrasé sur un bûcher ? !
Le sourire au lèvres, les yeux pétillants d'un bleu clair, elle s'assit, posa son sac, pris mon verre d'eau bût goulûment, le posa dans un bruit sec et presque sexe ...

A ce moment une grande silhouette se leva, remballant avec précision et rapidité ses affaires, ses tissus aux couleurs terni par un nuage qui passait au dessus dU bar voletèrent jusqu'à la porte qui s'ouvrit et l'emporta sans bruit, sans attention, ni mouvement ...
Elle était parti, sans un sourire.
















Open in new window

Contribution le : 30/04/2011 10:53

Edité par ¤Jomico¤ sur 30/04/2011 14:41:37
Edité par lestatmike sur 11/02/2013 18:11:44
Edité par ¤Jomico¤ sur 19/04/2020 16:39:08
Edité par ¤Jomico¤ sur 19/04/2020 17:14:41
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les filles c' est comme la mer, ça dépend de la lune ...
Animatrice
Inscrit:
26/09/2008 15:04
De Marseille
Post(s): 665
Hors Ligne
J'aime beaucoup le mouvement de ce texte, qui me fait penser à un ballet de voiles et de couleurs, le tout disposé, agencé, sur des figures féminines qui habillent ce café aux couleurs de la vie...


Elisabeth

Contribution le : 30/04/2011 15:08
_________________
" ... écrire c'est allumer un feu ... "
http://babette.blogzoom.fr/
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les filles c' est comme la mer, ça dépend de la lune ...
Marin-pêcheur de perles rares
Inscrit:
25/06/2007 09:16
De Téteghem - Dunkerque
Post(s): 581
Hors Ligne
Une scène de genre... teintée avantageusement d'un vocabulaire qu'on n'emploie guère souvent en poésie. Cette magie de l'instant tout à fait physique d'une femme dessinant, à la "mine de plomb" (j'adore ce passage... à qui donc est la mine ? et les traits ?), et ce contact virtuel de l'i-phone... Un moment arraché dans l'attente. Une occasion qu'on ne saura jamais. En écrivant cela, je pense, sans que cela ait aucun rapport - quoique... - à Une passante de Baudelaire...


Bises et merci pour cette lecture,

Agnès

Contribution le : 03/05/2011 19:54
_________________
"...En haut de la route, près du bois de laurier, je l'ai entourée avec ses voiles amassés et j'ai senti un peu son immense corps..."

Arthur Rimbaud
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les filles c' est comme la mer, ça dépend de la lune ...
Animatrice
Inscrit:
29/01/2010 10:57
Post(s): 890
Hors Ligne
Un café près d'une gare en travaux. Pas de plage à l'horizon mais juste ces filles qui vont et viennent par vagues colorées, donnant une atmosphère balnéaire.
Marée haute ou marée basse, on nage avec plaisir dans le texte de lestatmike.

Contribution le : 18/06/2017 08:28
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les filles c' est comme la mer, ça dépend de la lune ...
Modérateur
Inscrit:
30/05/2007 12:25
De La poussière d'étoiles ...
Post(s): 2346
Hors Ligne
Les filles c'est comme la mer ça dépend de la lune et ça revient s'écraser sur la dune, faire des châteaux de sable, de la boue dans vos mains et donner l'illusion à qui prendra leurs reins.
Les filles c'est comme le feu, ça dépend de la brise
Les filles c'est comme la brise, ça dépend des saisons




Encore bravo lestatmike, une agréable et surprenante lecture qui m'a de suite fait penser à cette chanson :

" Quand on perd son amour "

" Quand on perd son amour, c'est l'amour qui nous perd
De l'automne à l'été, oui c'est toujours l'hiver
La rivière et la mer qui n'ont plus d'estuaire
C'est les inséparables qui soudain se séparent
C'est comme se retrouver à dormir dans les gares
Quand la nuit est la nuit et la nuit pour toujours
Non le jour n'est plus jour quand on n'a plus d'amour

Quand on perd son amour, c'est qu'on a trop aimé
Qu'on s'est trop aimé soi, soi dans l'autre opposé
C'est qu'on a trop aimé, oui l'idée d'être aimé
Qu'on a aimé l'amour, aimé à s'aveugler
Et qu'on n'a pas vu l'autre aller aimer un autre
Et qu'on n'a pas vu l'autre à soi qui s'en allait
Sûr l'enfer c'est les autres et l'enfer c'est t'aimer

Quand on perd son amour, c'est bien plus que l'on perd
C'est un jour en été pour des siècles en hiver
Tous ces verbes au futur qu'on conjugue au passé
Quand on perd son amour, on perd l'humanité

Quand on perd son amour, c'est le monde qui s'écroule
Quand on n'est plus qu'à soi au milieu de la foule
Quand on perd son amour, c'est l'amour que l'on perd
Quand on perd son amour, on perd l'humanité


Vaut mieux perdre la vie que perdre son amour
Vaut mieux ne plus penser que d'y penser toujours
Vaut mieux jamais aimer que d'aimer pour toujours
Mieux vaut mourir de mort que de mourir d'amour "



(Chanson interprétée par Damien Saez.
Cette chanson fait partie de l’album " L'Alhambra ", ¤ édité pour la première fois en 2008.)












« Tu jettes l'amour par les fenêtres,
on aimerait se trouver dessous,
juste ramasser les miettes. »



Aldebert






Contribution le : 19/04 17:02:17
_________________
" Mon corps est la harpe de mon âme
Et il vous appartient d'en tirer une douce mélodie
Ou des sons confus "

http://artemidore.madeinbuzz.com
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer



 Haut   Précédent   Suivant



Vous ne pouvez pas débuter de nouveaux sujets.
Vous pouvez voir les sujets.
Vous ne pouvez pas répondre aux contributions.
Vous ne pouvez pas éditer vos contributions.
Vous ne pouvez pas effacez vos contributions.
Vous ne pouvez pas ajouter de nouveaux sondages.
Vous ne pouvez pas voter en sondage.
Vous ne pouvez pas attacher des fichiers à vos contributions.
Vous ne pouvez pas poster sans approbation.

[Recherche avancée]


Nouveaux posts
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :


Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

Qui est en ligne
7 utilisateur(s) en ligne (6 membre(s) connecté(s) sur Forum)

Membre(s): 0
Invité(s): 7

Plus ...

Les membres de l'équipe
Webmestres

Lekatanarouge
 

Racbogoss
 
Moderateurs

¤Jomico¤
Administrateurs

¤HanXin¤
 
Z'animateurs !

bamcar

altair

walco
 


AVERTISSEMENT : Tout texte publié sur ce site est la propriété de son auteur