Menu principal

Terre de créations

Terre de discussions

Recherche

Sujets récents
6/06/18 - Terre d'Amour - Les amants silencieux - 22/05/18 - Terre d'Univers - Requiem - 2/05/18 - Terre des Arts - Petit cheminot " La Chanson du Dimanche " - 10/04/18 - Terre d'Univers - Interrogations - 2/01/18 - Terre d'Univers - Non sens - 7/12/17 - Terre d'Univers - A Johnny ... - 5/12/17 - Terre des Arts - Je dirai malgré tout que cette vie fut belle - 26/11/17 - Terre d'Univers - J'écris - 8/11/17 - Terre d'Histoires - A Alexia - 4/11/17 - Terre des Arts - Fragments de style quelconque - 3/11/17 - Terre d'Univers - De l'autre côté - 22/10/17 - Terre d'Univers - Prose d'automne - 28/09/17 - Terre d'Univers - La vie en quatre saisons - 28/09/17 - Terre d'Univers - Une fleur brisée - 20/07/17 - Terre d'Amour - Et si la lumiére -

Parcourir ce sujet:   1 Utilisateur(s) anonymes





Chronique distendue entre deux mondes
Pirate des îles sous le vent
Inscrit:
04/09/2007 10:38
Post(s): 262
Hors Ligne
Chronique distendue entre deux mondes


Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
A qui me dit son appui au contre-sens de l’esprit
Je demande quel est donc le prix d’un jour de lumière
Un jour seulement où l’on puisse s’aimer d’autre vie
Eloignée, débarrassée de toute idée va-t-en guerre
Un jour de feuillage au front, et de la paix qu’on chérit

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Où sont-ils, les hommes mains nus et maîtres de leur vie ?

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
A qui les justifie est-il tel inconscient zombie
Je demande n’est-il pas déjà sans corps et sans chair
Hors de lui, danseur macabre des agoras de nuit
Comment peut-il croire encore à deux sortes de guerres
A deux sortes d’armes qui font les meurtres en série

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Où sont-ils, les hommes mains nus et maîtres de leur vie ?

Open in new window



Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Quand on me dit des drapeaux qui flottent mieux aujourd’hui
Je déplore où est ma patrie quand nul jour ne s’oppose
A ce qu’on circule au consensus pétrole-asphyxie
Où est mon humanité, en marche et d’autre cause
Que celle apparentée exclusive et lâche d’oubli

Hier des longs tapis rouges et des drapeaux diffamés
Des grandes distinctions pour dictatures avérées
Hier de nul état d’âme, des pilleurs et marchands d’armes
Sous couvert du laisser-faire, odieux et disqualifié
Des démocrates en sous-traitance des photos de charme
Contractuels des droits de l’homme, oubliés, outragés

Hier, des dictateurs qui meurent vieux, peinards dans leur lit
Des chœurs pour la démocratie qui se fait l’euthanasie
Hier, je n’oublie pas, j’oblique aujourd’hui tout faux duel
Qui ne règle rien à perpétuité veuve de ce qu’on détruit
Qu’on dégage les arguments philosophes d’âme stèle
Ce qui fait les rôles d’imposture et de tragédie

Open in new window



Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Où sont-ils, les hommes mains nus et maîtres de leur vie
Pour l’heure, je ne vois que cadavres et gens qui fuient
Les mains en l’air des otages comme ultime survie

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
A qui me dit il les faut ces derniers mots, tant pis
Je demande est-il ce choix violence contre violence
Clan contre clan, et nombre masqué de traîtres ravis
D’autres ambassades au top du droit d’ingérence
Au stop secret défense sur tout, en pertes et profits

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Où sont-ils, les hommes mains nus et maîtres de leur vie
Pour l’heure, je ne vois que cadavres et gens qui fuient
Quand va-t-on faire taire le lyrisme des walkyries ?

Tout ce qui est prétexte aux propagandes de guerre
Tour de passe-passe de démocrates qui ont la manière
De faire carrière à coups de mensonges sur leur jeu
Monopoly des impasses et au pire rue de l’enfer
Croire rue de la paix mais à se crever cent fois les yeux
Et même sanctifier certain mal affreux mais nécessaire

Open in new window


Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Où sont-ils, les hommes mains nus et maîtres de leur vie
Je ne vais que vers eux, greffe au monde, à corps et à cri
Je le sais en exil mon futur des sages assis

Tant que des pouvoirs sont encore d’espèce décadente
Fournisseurs des marchés des injustices flagrantes
Qui croit encore ces croisés de la démocratie
Qui mêle, guerre et paix, d’une légèreté choquante
Sait-on que rien ne va quand les peuples n’ont pas choisi
Sait-on surtout demain sur les traces des voies sanglantes

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Qui osera me dire qu’il y aurait aujourd’hui
Un changement d’attitude à couleur humaniste
Tout ça meurt vite par effet d’égoïsme abouti
Par des soldats qui ne savent même plus s’ils existent
Dans les quotas des accords nationalistes pourris

Open in new window


Aujourd’hui, comme hier, des peuples au jeu de dominos
Qu’importe tel côté qui semble inattendu et nouveau
Des pouvoirs mode habile à tout flouer les manipulent
Ils dégagent révolution quelques jours figurés figaro
Grand théâtre de mots pour phénomènes majuscules
Mais ne misent que sur les intérêts des capitaux

Aujourd’hui, comme hier, est-il une heure différente
Entre dictateurs et démocrates à fonction servante
Quand tous décident que tout est domaine réservé
Des sommets restreints et des élites concertantes
A contrario des peuples, et grand mélo à se payer
Au-dessus de nos têtes des plafonds d’idées menaçantes

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Où sont-ils, les hommes mains nus et maîtres de leur vie
Je ne vais que vers eux, greffe au monde, à corps et à cri
Je le sais en exil mon futur des sages assis

Open in new window

De quel monde je suis si tout ça me démantèle
Un jour vie rappel à mes jours qui se faisaient rebelles
Un jour place Tharir, un jour facile à rajeunir
Mais un jour même place, y souffrir mauvaise nouvelle
Même peuple à trahir, même armée pour le pire
Que me reste-t-il sauf cet autre jour d’une étincelle


De quel monde je suis sans me compter étranger
A tous les jeux qui traitent tout au temps zéro et léger
Nulle révolution ne tient seulement jours de fête
Ni par des peuples sur des voies faciles et abusées
Ni par les mythes des élections pour se reconnaître
Tout futur réclame force contre l’ordre dépassé

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
De quel monde je suis quand je donne sens à ma vie
Des heures matin et après-midi des amours à suivre
Je ne peux que le vœu de l’épandre telle patrie
Fruit innombrable par d’autre concept des enfants libres
Par d’autres générations greffées aux arbres instruits

Open in new window


De quel monde je suis si ce n’est cet amour fidèle
A la paix toute chose belle, seul bien essentiel
De l’éveil jeune d’un matin au dormeur d’autre val
Sommeil tranquille sans crainte qu’il nous rappelle
Le regard dépossédé des yeux, fixés sur le mal
D’un ciel bleu absurde, du dernier mot des iris ciel

De quel monde je suis j’ai changé tous les pays
Comme un tour de magie par des tangentes infinies
Aux cercles refermés sur tout espoir de délivrance
Distant de l’actualité d’utile poésie
Des connaissances outrepassées par telle portance
Par l’autre chance à tout joindre de cœur et d’esprit


Gil DEF - 12.04.2011



de Bamcar

Contribution le : 12/04/2011 18:28

Edité par ¤HanXin¤ sur 16/04/2011 08:47:38
_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Chronique distendue entre deux mondes
Animatrice
Inscrit:
29/01/2010 10:57
Post(s): 831
Hors Ligne
Bonsoir Gil,
Un hymne à la paix plein de ta détermination habituelle. La paix indispensable au bonheur , On ne peut que continuer à la réclamer partout, tous ensemble.

La paix oui, une nécessité urgente martelée par le refrain "Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
Où sont-ils, les hommes mains nus et maîtres de leur vie ?"


Contribution le : 12/04/2011 20:22
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Chronique distendue entre deux mondes
Moussaillon d'eau douce
Inscrit:
11/04/2011 12:40
Post(s): 25
Hors Ligne
Perso, j'ai pas la réponse.
C'est clair, c'est à se demander.
Soit dit en passant, l'homme est dit doué de conscience, à la différence de l'animal...
L'animal agit par instinct, l'homme avec conscience...
Bref, une chronique poétique à mi-chemin entre le réactionnaire et le philosophique.

Contribution le : 12/04/2011 23:13
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Chronique distendue entre deux mondes
Modo Honoris
Inscrit:
21/06/2007 03:48
De dans une autre dimension
Post(s): 3154
Hors Ligne
Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
une petite guerre pour des présidents en mal d'opinion
une remontée des sondages et faire du pognon
sur les cadavres enrichir les propections...

Un jour Kaboul, un jour Abidjan, un jour Tripoli
La glorification de l'occident et de sa démocratie
Au mépris de la culture des peuples
Imposer n'est pas éduquer...
on apprend pas avec le bâton
Ces gens ne sont pas des chiens,
Ou des vaches à produire du pétrole ou du cacao
Pour les occidentaux...

Oui, oui je te rejoins Gil dans le fond, la forme...

Contribution le : 16/04/2011 06:39
_________________
"A l'avenir
Laisse venir
Laisse venir...
L'imprudence" A. Bashung
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Chronique distendue entre deux mondes
Pirate des îles sous le vent
Inscrit:
04/09/2007 10:38
Post(s): 262
Hors Ligne
Bonjour Walco

Tu as parfaitement compris que je ne ferai aucune concession à tout va-t-en guerre...

Mains nus, maîtres de leur vie, c'est bien ainsi que je vois les hommes remarquables et que j'ai envie de suivre ...

Bonne fin de journée.
Amitiés. Gil


Bonjour Catharsis,

Tu me sembles quelque peu perdu après ce texte ... Mais il est des idées qui prennent du temps pour trouver leur chemin ...

Bonne fin de journée.
Amitiés. Gil


Bonjour Bamcar

J'ai été surpris et touché du déplacement du texte dans la catégorie des coups de coeur ...

Je me suis posé beaucoup de questions par rapport au traitement relativement rapide d'une actualité fortement et gravement chargée concernant nombre de pays. Je savais aussi que ma prise de position ne correspondrait pas à ce qui trouve dans la plupart des déclarations politiques de droite comme de gauche. Je ne craignais pas cela mais plutôt la manière dont je pourrais m'en expliquer de façon courte, et sans caricature de problèmes complexes .

Que tu choisisses ce texte pour le fonds et la forme parmi nombre de textes que tu as commentés avec intégrité et justesse, que tu y ajoutes des vers de force humaniste, ne peut que me toucher et me rassurer aussi sur ma démarche de l'expression poétique libérée, qui ne s'interdit nul sujet ...

J'apprécie vraiment le temps que tu as pris pour la mise en valeur de ce texte, accompagné de photographies tellement pertinentes.

Bonne fin de journée.

Amitiés. Gil

Contribution le : 22/04/2011 16:51

Edité par ¤Jomico¤ sur 26/04/2011 10:35:32
_________________
La poésie, c'est les paroles éparses du réel (Octavio Paz)
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Chronique distendue entre deux mondes
Modérateur
Inscrit:
30/05/2007 12:25
De La poussière d'étoiles ...
Post(s): 2284
Hors Ligne
Terre de larme,
Ce monde cruel et sans merci
Où seules parlent les armes

Terre de lumière,
Ton ombre de diamant traverse l'espace temps
Pour unir le prix du pardon ; dans l'éternel feu de l'amour
Ton énergie vitale sonnera la Paix du bonheur en chacun de Nous !



Contribution le : 27/04/2011 13:15
_________________
" Mon corps est la harpe de mon âme
Et il vous appartient d'en tirer une douce mélodie
Ou des sons confus "

http://artemidore.madeinbuzz.com
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer



 Haut   Précédent   Suivant



Vous ne pouvez pas débuter de nouveaux sujets.
Vous pouvez voir les sujets.
Vous ne pouvez pas répondre aux contributions.
Vous ne pouvez pas éditer vos contributions.
Vous ne pouvez pas effacez vos contributions.
Vous ne pouvez pas ajouter de nouveaux sondages.
Vous ne pouvez pas voter en sondage.
Vous ne pouvez pas attacher des fichiers à vos contributions.
Vous ne pouvez pas poster sans approbation.

[Recherche avancée]


Sujets récents
Sujets Auteur
Les amants silencieux 06/06 16:21:23
altair
Requiem 22/05 17:02:22
altair
Petit cheminot " La C... 02/05 17:03:06
¤Jomico¤
Interrogations 10/04 16:55:09
¤Jomico¤
Non sens 02/01 17:09:16
altair
A Johnny ... 07/12/2017 19:26
Sany
Je dirai malgré tout que ce... 05/12/2017 10:56
¤Jomico¤
J'écris 26/11/2017 16:05
patchiboum
A Alexia 08/11/2017 15:59
altair
Fragments de style quelconque 04/11/2017 17:43
¤Jomico¤
Nouveaux posts
Sujets Auteur
Les amants silencieux 06/06 16:21:23
altair 
Re: Requiem 30/05 15:15:51
¤Jomico¤ 
Requiem 22/05 17:02:22
altair 
Petit cheminot " La Chanson du Dimanche " 02/05 17:03:06
¤Jomico¤ 
Re: Interrogations 21/04 13:44:29
altair 
Interrogations 10/04 16:55:09
¤Jomico¤ 
Re: Elans 31/03 17:35:06
¤Jomico¤ 
Re: Inspiration en attente d'une Illumination ... 28/03 06:25:27
¤Jomico¤ 
Re: A Johnny ... 24/01 18:22:24
¤Jomico¤ 
Re: Non sens 10/01 18:46:30
¤Jomico¤ 
Non sens 02/01 17:09:16
altair 
Re: A Jean Tardieu 12/12/2017 18:01
¤Jomico¤ 
A Johnny ... 07/12/2017 19:26
Sany 
Je dirai malgré tout que cette vie fut belle 05/12/2017 10:56
¤Jomico¤ 
Re: Les champs de rimes 04/12/2017 16:55
¤Jomico¤ 
Re: Rêve en Couleur 02/12/2017 19:33
patchiboum 
Re: J'écris 30/11/2017 16:23
walco 
Re: J'écris 28/11/2017 18:15
¤Jomico¤ 
Re: Cherchez la Question 27/11/2017 18:25
¤Jomico¤ 
Re: Inventaire 27/11/2017 18:10
¤Jomico¤ 
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :


Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

Qui est en ligne
3 utilisateur(s) en ligne (1 membre(s) connecté(s) sur Forum)

Membre(s): 0
Invité(s): 3

Plus ...

Les membres de l'équipe
Webmestres

Lekatanarouge
 

Racbogoss
 
Moderateurs

¤Jomico¤
Administrateurs

¤HanXin¤
 
Z'animateurs !

bamcar

altair

walco
 


AVERTISSEMENT : Tout texte publié sur ce site est la propriété de son auteur