Menu principal

Terre de créations

Terre de discussions

Recherche

Sujets récents
6/06/18 - Terre d'Amour - Les amants silencieux - 22/05/18 - Terre d'Univers - Requiem - 2/05/18 - Terre des Arts - Petit cheminot " La Chanson du Dimanche " - 10/04/18 - Terre d'Univers - Interrogations - 2/01/18 - Terre d'Univers - Non sens - 7/12/17 - Terre d'Univers - A Johnny ... - 5/12/17 - Terre des Arts - Je dirai malgré tout que cette vie fut belle - 26/11/17 - Terre d'Univers - J'écris - 8/11/17 - Terre d'Histoires - A Alexia - 4/11/17 - Terre des Arts - Fragments de style quelconque - 3/11/17 - Terre d'Univers - De l'autre côté - 22/10/17 - Terre d'Univers - Prose d'automne - 28/09/17 - Terre d'Univers - La vie en quatre saisons - 28/09/17 - Terre d'Univers - Une fleur brisée - 20/07/17 - Terre d'Amour - Et si la lumiére -

Parcourir ce sujet:   1 Utilisateur(s) anonymes





Le petit camion jaune
Animatrice
Inscrit:
26/09/2008 15:04
De Marseille
Post(s): 643
Hors Ligne
Au milieu d’un joyeux brouhaha, Mounia se saisit d’une main fébrile du petit camion jaune en plastique posé sur la table devant elle. Il y avait pourtant d’autres véhicules plus faciles à manipuler, mais ce petit camion jaune lui rappela immédiatement la camionnette de livraison qu’utilisait son père au bled. Au contact de la carrosserie, elle se souvint des tournées dans les villages, des coups de klaxons allègres, de la poussière ocres des routes et se sentit moins seule.
Alors que les autres femmes s’activaient dans un babillage incessant, qui avec une moto, qui avec une voiture, Mounia serrait fortement le petit camion jaune dans sa main, comme un talisman protecteur, dans un état de concentration intense.
Il lui avait fallu un courage immense pour imposer son choix de venir tous les jours dans cette salle austère, aux murs couverts de graffitis, de dessins et de lettres. Les rares meubles étaient en piteux état, et même la chaise où elle était assise assurait un équilibre précaire. Malgré ce décor peu engageant, Mounia se sentait à l’aise et à sa place. Ses yeux allaient du mur où la consigne était affichée, à la table ; de la table, au mur … Elle ajusta nerveusement son foulard pour arranger ses boucles brunes et tenta de discuter avec la partenaire qui lui avait été assignée. Peine perdue, toutes deux arrivées depuis peu en France ne partageaient pas le même dialecte, bien qu’issues du même pays d’origine.
Une grande perplexité se lisait sur leurs deux visages, jeunes, et pourtant déjà si graves. Elles s’essayèrent à sourire, puis peu à peu, se détendirent.
La grande femme mince qui s’activait autour de la table avait l’air bien jeune elle aussi, mais elle faisait autorité, et son regard énergique enveloppait l’auditoire féminin avec bienveillance. Allant de l’une à l’autre, elle expliquait, répétait, articulait, rectifiait, répétait encore et posait parfois une main amicale sur un mouvement maladroit.
Mounia ne comprenait pas tout, mais elle sentait que cette femme était vraiment là pour l’aider à progresser, à conquérir heure après heure, jour après jour, les mots de la vie, les mots de ce pays qu’elle avait choisi et qui lui faisaient cruellement défaut. Ces mots magiques qui lui permettraient de demander son chemin dans la rue, d’aider son enfant à l’école, d’accomplir un quotidien si simple, mais si terriblement compliqué pour elle et sa famille aujourd’hui. Enfin, un jour peut être …
« Mounia, Mounia… » la voix d’Elodie, c’était le nom de la grande femme mince, tira Mounia de sa rêverie.
« Mounia, as-tu compris la consigne ? Veux-tu qu’on l’explique de nouveau ? » Mounia, à l’intonation, comprit qu’on attendait une réponse de sa part, et acquiesça naturellement d’un signe de tête, pressentant qu’un oui serait plus poli qu’une absence totale de réaction.
Elodie se tourna alors vers le reste du groupe « Qui pourrait expliquer à Mounia la consigne d’aujourd’hui ? »
Plusieurs mains enthousiastes se levèrent, et les autres femmes commencèrent à parler toutes en même temps, trop heureuses d’aider, trop heureuses de se sentir, le temps d’une explication, de l’autre côté, du côté de celui qui sait et qui peut apporter son soutien. Et pour une fois, le soutien qu’on attendait d’elles, ce n’était pas le soutien pour le repas, le soutien pour les courses ou le ménage…Non, on attendait d’elles quelque chose de tout autre, apprendre à apprendre à quelqu’un d’autre les mots sur lesquels elles avaient peiné, les mots qu’elles avaient appris et qu’aujourd’hui on leur demandait de transmettre.
A la fois confuse et heureuse d’avoir été choisie, Hada se lança dans l’explication de la consigne, à grand renfort de gestes et de sourires éclatants. Rejointe par Myriem, interrompue par Dounia qui n’était pas d’accord sur l’interprétation, finalement, ce fut le collectif tout entier qui tenta d’apporter une lecture claire de la consigne pour Mounia et sa compatriote.
Le silence retomba. Mounia était au centre de ces regards attentifs qui la scrutaient et qui maintenant attendaient d’elle avec espoir un signe de compréhension.
Tournant et retournant le petit camion jaune dans ses mains, les yeux baissés vers la table, elle hésitait encore. Et si elle se trompait ? Devant elle, sur la table, s’étalait la maquette d’une cité moderne, avec ses rues, ses places, ses magasins, ses jardins, ses feux de signalisation, passages piétons…Rien ne manquait, tout avait l’air propre et ordonné, comme à la télévision.
« Baba*, Baba, aide moi... » Le petit camion jaune devait absolument trouver sa place, dans ce monde bien aligné de rues au cordeau et d’arbres bien taillés. Tous les mentons des participantes de l’atelier convergeaient vers le même point, un bâtiment jaune de la même couleur que le petit camion, avec des lettres peintes en bleu.
Les mains crispées sur son fichu, Mounia ne pouvait se résoudre à lâcher le petit camion jaune, et continuait à fouiller la maquette du regard, sans comprendre les signes des autres femmes. Elle cherchait désespérément quelque chose. Elle leva enfin la tête vers Elodie, la mine déconfite, prête à renoncer, quand soudain, un objet sur le mur fixa son attention.
Quittant sa place avec vigueur, elle courut vers le mur, sur lequel une carte postale était épinglée. Avec précaution, elle détacha la carte du mur, la pris dans sa main et l’apporta près de la maquette. Au milieu d’un beau parc, elle déposa la carte postale. Et sur la carte postale, au pied de la maison en terre cuite, entre l’âne et le figuier, elle déposa tendrement le petit camion jaune, puis s’assit avec fierté pour le contempler.



*Papa en arabe.





Open in new window

Contribution le : 20/05/2017 07:44

Edité par ¤Jomico¤ sur 21/05/2017 09:45:36
_________________
" ... écrire c'est allumer un feu ... "
http://babette.blogzoom.fr/
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Le petit camion jaune
Animatrice
Inscrit:
29/01/2010 10:57
Post(s): 831
Hors Ligne
Je compare Mounia à une amie à moi, arrivée de Mayotte dans les années 80. Elle ne savait pas lire ni écrire, (ses parents l'avaient envoyée à l'école coranique uniquement). Elle n'avait jamais vu la neige. La métropole n'avait rien à voir avec son île des TOM...Elle a fini par apprendre à lire et cela lui a permis de travailler, etc...

Ta Mounia à toi semble être ici par force, elle n'a rien choisi. Au fond d'elle-même, elle doit penser que si elle apprend une nouvelle langue, de nouvelles règles, elle renie sa propre culture. Si elle n'apprend pas elle se distingue de ses copines qui, elles, se conforment à la consigne, au règlement, à la loi. Quel dilemme!
Entre un avenir tracé par les autres et son père, elle choisit son père.

Une belle leçon d'humilité pour les donneurs de leçons.

Contribution le : 26/05/2017 08:33
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer



 Haut   Précédent   Suivant



Vous ne pouvez pas débuter de nouveaux sujets.
Vous pouvez voir les sujets.
Vous ne pouvez pas répondre aux contributions.
Vous ne pouvez pas éditer vos contributions.
Vous ne pouvez pas effacez vos contributions.
Vous ne pouvez pas ajouter de nouveaux sondages.
Vous ne pouvez pas voter en sondage.
Vous ne pouvez pas attacher des fichiers à vos contributions.
Vous ne pouvez pas poster sans approbation.

[Recherche avancée]


Sujets récents
Sujets Auteur
Les amants silencieux 06/06 16:21:23
altair
Requiem 22/05 17:02:22
altair
Petit cheminot " La C... 02/05 17:03:06
¤Jomico¤
Interrogations 10/04 16:55:09
¤Jomico¤
Non sens 02/01 17:09:16
altair
A Johnny ... 07/12/2017 19:26
Sany
Je dirai malgré tout que ce... 05/12/2017 10:56
¤Jomico¤
J'écris 26/11/2017 16:05
patchiboum
A Alexia 08/11/2017 15:59
altair
Fragments de style quelconque 04/11/2017 17:43
¤Jomico¤
Nouveaux posts
Sujets Auteur
Les amants silencieux 06/06 16:21:23
altair 
Re: Requiem 30/05 15:15:51
¤Jomico¤ 
Requiem 22/05 17:02:22
altair 
Petit cheminot " La Chanson du Dimanche " 02/05 17:03:06
¤Jomico¤ 
Re: Interrogations 21/04 13:44:29
altair 
Interrogations 10/04 16:55:09
¤Jomico¤ 
Re: Elans 31/03 17:35:06
¤Jomico¤ 
Re: Inspiration en attente d'une Illumination ... 28/03 06:25:27
¤Jomico¤ 
Re: A Johnny ... 24/01 18:22:24
¤Jomico¤ 
Re: Non sens 10/01 18:46:30
¤Jomico¤ 
Non sens 02/01 17:09:16
altair 
Re: A Jean Tardieu 12/12/2017 18:01
¤Jomico¤ 
A Johnny ... 07/12/2017 19:26
Sany 
Je dirai malgré tout que cette vie fut belle 05/12/2017 10:56
¤Jomico¤ 
Re: Les champs de rimes 04/12/2017 16:55
¤Jomico¤ 
Re: Rêve en Couleur 02/12/2017 19:33
patchiboum 
Re: J'écris 30/11/2017 16:23
walco 
Re: J'écris 28/11/2017 18:15
¤Jomico¤ 
Re: Cherchez la Question 27/11/2017 18:25
¤Jomico¤ 
Re: Inventaire 27/11/2017 18:10
¤Jomico¤ 
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :


Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

Qui est en ligne
3 utilisateur(s) en ligne (2 membre(s) connecté(s) sur Forum)

Membre(s): 0
Invité(s): 3

Plus ...

Les membres de l'équipe
Webmestres

Lekatanarouge
 

Racbogoss
 
Moderateurs

¤Jomico¤
Administrateurs

¤HanXin¤
 
Z'animateurs !

bamcar

altair

walco
 


AVERTISSEMENT : Tout texte publié sur ce site est la propriété de son auteur